Il y a des poètes qui enseignent. Beaucoup. Je m’en tiens ici à ce costume, exemplaire : instituteurs (mot périmé, je crois, mais très beau), professeurs de collège, professeurs de lycée, professeurs de college au sens américain (premier cycle universitaire), professeurs d’université, et même (forcément un seul à la fois), professeur au Collège de France. Dans ce dernier état : costume (apparemment) simple (Bonnefoy). Je crois que tous ceux-là (les Guglielmi, Stéfan, Sacré, Prigent, Deguy, etc.) croient (je crois avec eux, bien sûr) qu’il y a un lien entre le travail de poésie et le travail de transmission, transfusion, translation, « métaphore » des savoirs et des questions. J’aurais dû écrire : je sais que ceux-là savent (d’expérience) que. Et puis il y a ceux qui refusent tout costume comme tout rôle, ou toute fonction. En chômage stratégique.

Jean-Marie Gleize« Costumes »Sorties Questions théoriques2014p. 37

2. L’œuvre poétique contemporaine est d’ailleurs, à ma connaissance, très peu consacrée à l’évocation de la personne du poète et de ses costumes possibles. Il est question d’autre chose, d’autres choses. Ce que l’on appelle « réflexivité », dans la poésie moderne, semble être (tendanciellement) réflexivité littérale. Il s’agit toujours moins de la réflexion d’un ou du poète que de la confection, réfection, défection, etc., de la poésie telle que littéralement elle s’avance, recule, apparaît, s’expose, s’efface, boite, bute, ricoche, etc.

Jean-Marie Gleize« Costumes »Sorties Questions théoriques2014p. 37

Les poètes savent (vaguement) que ce ne sont pas les poètes qui désormais habillent les poètes. Le costume des poètes est dans les lunettes de l’habitant non-lecteur, consommateur de moutarde et de spots en prime time. En plus, ce poète en costume n’est même pas un poète. Donc, c’est une image de rien.

Jean-Marie Gleize« Costumes »Sorties Questions théoriques2014p. 36

Eine veränderte, man dürfte sagen, eine veredelte Richtung des Dichtergeistes, vermöge deren er aus einer Außenwelt, in welcher es nur, so lang er sich selbst und andre täuschen konnte, Wahrheit für ihn zu geben schien, zu seinem eigentlichen Wirkungskreise zurückkehrt, um in diesem, um in der inneren Welt des Gemütes den ganzen Umfang jener schöpferischen Machtfülle zu offenbaren.

Carl Gustav JochmannDie Rückschritte der Poesie[1828] Felix Meiner1982p. 30

abgeschlossener Umfang des Ganzen erkennen ließ, und die, noch weniger an ein bestimmtes Erinnerungszeichen geknüpft, sich unter dem weiterbildenden Einflusse, nicht etwa nur einer sammelnden Gelehrsamkeit, sondern des nämlichen Dichtergeistes, der sie geschaffen hatte, fortpflanzte. Tatsachen oder Beobachtungen, die ein poetisches Gewand anfänglich nur leicht umhüllte, entstellten und verbargen die Oberladungen der ausschmückenden Folgezeit.

Carl Gustav JochmannDie Rückschritte der Poesie[1828] Felix Meiner1982p. 12