07 07 17

Si la ligne de fuite est comme un train en marche, c’est parce qu’on y saute linéai­re­ment, on peut enfin y par­ler ‘lit­té­ra­le­ment’, de n’importe quoi, brin d’herbe, catas­trophe ou sen­sa­tion, dans une accep­ta­tion tran­quille de ce qui arrive où rien en peut plus valoir pour autre chose.

Capitalisme et schi­zo­phré­nie
vol. 2 Mille plateaux
Minuit 1980
ligne de fuite linéarité littéralité